Aller au contenu

Raspberry Pi 3 : Installer un refroidissement passif

J’ai récemment fait l’acquisition (pour une quarantaine d’Euros) d’une carte Raspberry Pi 3 et de son boitier officiel. Nostalgie oblige, l’utilisation première est la création d’une console de jeux vidéos rétros grâce à l’excellente distribution RecalboxOS basée sur Linux et capable d’émuler toutes les anciennes consoles de jeu. Pourquoi dépenser 70€ dans un console NES mini classique introuvable bridée à 30 jeux alors que l’on peut avoir toutes les consoles sur du matériel moins cher avec un système Open Source ?  D’autant plus que le bidule fonctionne parfaitement et fait le bonheur de mes petits neveux. :mrgreen:

Le Raspberry Pi 3 version B mini ordinateur tout en un (surnommé “La framboise” par les geeks) ne dépasse pas la taille d’une carte de crédit. Cette dernière version reprend tous les fondamentaux des versions précédentes mais propose en plus :

  • Le Wifi et le Bluetooth
  • Un processeur 4 cœurs 64bits ARM Cortex A-53 cadencé à 1200 Mhz
  • 1024 Mo de mémoire RAM

Raspberry Pi 3 board

Cette augmentation de la fréquence du CPU (et donc de la puissance) se traduit inévitablement par une température en hausse lorsque les 4 cœurs de la puce sont  sollicités. Les versions précédentes fonctionnaient pour rappel à:  900 Mhz pour le Raspberry Pi 2 et 700 Mhz pour le Raspberry Pi 1.  Cette troisième version à tendance (et j’en ai fait l’expérience) lorsque la température de la puce augmente un peu trop à  brider automatiquement sa fréquence à 600 Mhz pour éviter la détérioration du composant. Dans les faits, vous vous retrouvez donc avec un Raspberry Pi 3 moins performant que la version 1.

 

Solution simple et pas chère : faire baisser la température de fonctionnement en collant un dissipateur passif sur le processeur. Ainsi, en augmentant la surface de dissipation, on optimise l’échange thermique entre le CPU et l’air ambiant.

N’ayant pas envie d’investir dans un kit de refroidissement dédié au Raspberry (le prix me semblant trop élevé au regard du bout de métal vendu) j’ai décidé de recycler un dissipateur aluminium (2.5cm x 2.5cm x 1cm ) récupéré sur une vieille carte mère H.S. et comme il me reste aussi sous la main quelques petits dissipateurs en cuivre pour puce mémoire de carte graphique j’en ai utilisé un pour le contrôleur USB/Ethernet de la framboise.

Première étape : Elle consiste à décoller le dissipateur du chipset de la vieille carte mère. Je dois reconnaître que là, il ma fallut forcer et faire levier à l’aide d’un tournevis plat pour faire céder la pâte thermique adhésive d’origine.

Continuer la lecture

Désactiver la Télémétrie dans Windows 7

EspionnagePour ceux et celles qui ne le savent peut être pas encore, depuis l’arrivée de Windows 10, Microsoft de par sa volonté “d’améliorer l’expérience utilisateur” intègre à ses systèmes des programmes plus ou moins cachés dédiés à collecter des données qui sont ensuite rapatriées vers ses serveurs. Des bruits courent même en ce moment sur la toile disant que certaines de ces données sont revendues à des sociétés tierces. C’est pourquoi dans sa grande bonté 🙄 , le géant de Redmond a profité des dernières mises à jour de sécurité pour installer de façon discrète dans Windows 7 un service de tracking qui récolte des données pour soit-disant “améliorer le système d’exploitation”.

 

Pour infos, les patchs concernés sont:

Certains diront que la solution la plus simple pour être sûr qu’aucun mouchard de ce type n’est présent sur son système, il suffit d’opter pour un système entièrement Open Source  comme Linux et ne pas faire confiance aux deux ténors du secteur que sont Apple et Microsoft. Personnellement j’aurai plutôt tendance à abonder dans ce sens. Toutefois, pour l’utilisateur lambda ou la ménagère de plus de 50 ans qui ne veut pas “mettre les mains dans le cambouis”, voici ci-dessous une procédure simple pour empêcher Microsoft de collecter ces fameuses données télémétriques sur votre PC.

La méthode la plus simple consiste à désactiver ce service de tracking d’autant plus qu’il consomme pas mal de mémoire système en tâche de fond.

Continuer la lecture

Deux logiciels d’aide à l’écriture

Pour qui souhaite se lancer dans l’écriture, les littéraires purs et durs leur répondront que rien n’est plus facile et qu’il leur suffit de trois choses bien basiques :

  • De l’inspiration, du papier et un crayon.

Toutefois, et en règle générale, les plus créatifs sont souvent confrontés à un problème de taille : le manque de rigueur et d’organisation associé à un esprit imaginatif débordant d’idées et concepts en tout genre. Pourquoi alors ne pas vivre avec son temps et profiter de ce que peut nous apporter la technologie dans ce domaine ? C’est là qu’interviennent les logiciels d’aide à l’écriture. Parmi eux, deux retiennent particulièrement mon attention :

Ywriter et Plume Creator

Ywriter

plume_creator

Bien plus que de simples logiciels de traitement de texte comme peuvent l’être Word ou Writer, ces logiciels vont vous permettre, avec une seule et même interface ergonomique :

  • De générer automatiquement vos scènes et chapitres
  • D’organiser vos notes et idées
  • De classer, décrire, gérer les lieux, les personnages, leur rôle et les objets
  • D’organiser et optimiser votre temps
  • De sauvegarder automatiquement et régulièrement votre travail
  • D’exporter dans des formats divers (Html, Txt, Pdf…) un manuscrit structuré, propre et finalisé

Continuer la lecture

Microsoft Update Catalog s’affranchit enfin des Contrôles ActiveX

Microsot Catalog UpdateOuf, il était temps !

Et voilà, comme l’avait annoncé la firme de Redmond il y a quelques mois,  il n’est désormais plus nécessaire d’utiliser un navigateur basé sur Internet Explorer pour accéder au site : Microsoft Update Catalog.

Avec les innovations du navigateur internet Edge  fourni avec Windows 10 il était inévitable pour Microsoft de mettre a jour son site exclusivement dédié aux téléchargements de correctifs.  Cela semble signer la mort de la “très controversée” technologie ActiveX control propre aux anciens navigateurs de la marque. Dès à présent vous pouvez donc utiliser le navigateur internet de votre choix (Firefox, Chrome, Opera, Vivaldi…) pour télécharger et installer manuellement vos mises à jour.

Une preuve d’ouverture de la part de Microsoft, ou, peut être plus simplement, une logique bien pensée en adéquation avec la nouvelle politique mise en œuvre depuis début Octobre qui veut que dorénavant un seul et unique patch cumulatif soit proposé pour les mises à jour mensuelles dans Windows Update. Toutefois, une petite amélioration de l’ergonomie du site en ce qui concerne la recherche et le classement des divers patchs serait la bienvenue et cela nous éviterait de longues minutes de recherches parfois infructueuses. :mrgreen:

Disponibilité d’ iOS 10

Cela fait maintenant 3 jours que la firme de Cupertino (Apple) a commencé le déploiement de la version 10.0.1 de son système d’exploitation iOS pour tablettes et mobiles.

IOS 10 logoDétenteur d’un ipad Mini 4 initialement livré avec iOS 9, j’ai décidé de sauter le pas et j’ai effectué la migration vers iOS 10.0.1 via le WiFi (“Other The Air”). Cette version majeure très attendue par les aficionados d’ Apple et qui fait le buzz depuis plusieurs mois sur le net pèse tout de même 1.2Go. Ceux qui possèdent une connexion à faible débit devront donc s’armer de patience…

Dans mon cas, concernant l’update en elle même, tout s’est bien passé (environ 30 minutes téléchargement et redémarrage compris) et j’ai eu la chance de ne pas faire partie des rares malchanceux qui ont subit “un bug dans le processus de déploiement de la mise à jour” se retrouvant ainsi avec un écran de démarrage les invitant à restaurer leur machine via iTunes…

A l’usage, et malgré tout le buzz crée autour de cette version, je ne constate rien de bien mirobolant.

Continuer la lecture