Aller au contenu

gratuit

Krita passe en version 4.1.5

Krita logo version 4Je vous avais déjà présenté Krita sur le blog en début d’année. Aujourd’hui, le logiciel connait une évolution majeure et passe en version 4.15.

Initialement issu du monde Linux  et de l’évolution de l’environnement KDE, Krita continue son petit bonhomme de chemin et, comme le bon vin, ce logiciel de peinture numérique totalement gratuit et Open Source s’améliore au fil du temps.

Le support multiplateforme est toujours garantit. Les utilisateurs qui utilisent plusieurs environnements  de travail pourront donc retrouver leur outil numérique aussi bien sous Linux que sous Windows ou Mac OSX.

Au regard de la Release Note, on peut voir que cette nouvelle mouture corrige pas mal de bugs et gagne en stabilité. Le package d’installation augmente en taille et de fait le logiciel occupe maintenant près de 400 Mo sous Windows.

Krita 4 screenshot

Krita n’a plus rien à envier aux solutions concurrentes payantes et comme il propose une gestion complète des couleurs, l’accélération matérielle OpenGL  et une interopérabilité dans les formats de fichier (notamment en export – ex: format .psd) il constitue à mon avis la meilleure solution gratuite dans le domaine de la peinture numérique.  Il répond parfaitement aux besoins d’une PME, d’un artisan ou d’un auto-entrepreneur qui souhaite limiter les coûts d’investissement. Comme tout nouveau logiciel, Krita demandera une petit temps d’adaptation pour en maîtriser tous les rouages, mais ceci fait, votre créativité sera sans limite.

Les solutions gratuites de Kaspersky

Logo Kaspersky FreeJ’en avais parlé sur le blog l’été dernier. L’éditeur Kaspersky avait lancé une version gratuite et basique de son antivirus : Kaspersky Free Antivirus, que l’on peut télécharger en version française à cette adresse : https://www.kaspersky.fr/free-antivirus

Bien que se voulant un produit d’appel avant tout, cette solution gratuite n’est pas à négliger. En effet, sous un système Windows, un antivirus même gratuit vaut mieux que pas d’antivirus du tout. De plus, même si l’interface reste basique, c’est avec brio que l’éditeur russe vient marcher sur les plates bandes des concurrents du secteur (ex : Microsoft, Avast ou Avira…). Dans les faits, l’application est peu gourmande en ressources, sait exploiter pleinement les possibilités matérielles du système et comme les autres produits payants de la marque, elle reste redoutable dans la détection et l’élimination des menaces.

Dans la même veine, la maison Kaspersky propose d’autres outils gratuits comme par exemple :

Au delà de la polémique concernant l’espionnage potentiel des utilisateurs par les logiciels de la marque, je reste à titre personnel fidèle à Kaspersky. 😉

 

Kaspersky lance un antivirus gratuit

Kaspersky Antivirus FreeL’éditeur russe Kaspersky connu pour ses solutions logicielles dédiées à la sécurité a décidé de lancer une version entièrement gratuite de son célèbre antivirus.

Cette nouvelle a été annoncée par la firme il y a quelques jours. On voit bien évidement quel est le but premier de cette décision :

– Concurrencer directement les deux grands ténors de ce secteur des antivirus gratuits que sont Microsoft avec sa solution embarquée Windows Defender et Avast Antivirus. Le but premier étant de capter un maximum d’utilisateurs afin d’orienter ces derniers vers les solutions payantes.

Dans le détail, cette version gratuite propose les fonctionnalités de base déjà présentes dans la version payante de Kaspersky Antivirus et se voit amputée de certains outils spécifiques comme par exemple : le contrôle parental, la suppression des traces d’activité, etc…

Quand on connait les performances de l’antivirus Kaspersky qui reste depuis plusieurs années sur le podium des meilleures solutions de protection antivirale pour Windows, il y a fort à parier que cette mouture totalement gratuite connaisse un grand succès.

Disponible pour l’instant uniquement aux États-Unis et au Canada, l’éditeur confirme une mise à disposition progressive pour les autres pays et notamment l’Union Européenne d’ici à fin octobre.

Il va donc falloir être patient pour pouvoir tester la bête en français. 😉